Argentina is the second largest economy in South America with 45 million inhabitants, which more than 15 million concentrated in Buenos Aires alone. This country has a strong development potential in a wide variety of sectors: agro-industry, renewable energies, health, sport, environmental technologies, digital, … These opportunities result in particular from a certain delay compared to Northern Europe and North America.

Argentina developed strongly on the basis of European emigration, particularly Italian and Spanish, at the beginning of the 20th century. A large majority of Argentines have at least one grandparent born abroad. It is therefore a country where the inhabitants are used to seeing new people coming in all the time wishing to settle in the country.

Currency

The national currency is the Argentine Peso. At the end of the economic crises at the beginning of this millennium, the Argentine Peso was severely devalued.

As for the payment methods in Argentina, withdrawing money with international credit cards is no problem, however, bank withdrawals are heavily taxed at nearly 10%. However, it is possible to pay in US dollars almost everywhere.

Economic context

Argentina is experiencing chronic economic instability. Indeed, the country is fatally affected by economic crises every 7-8 years, especially in 2001 when the country completely collapsed and went bankrupt. The country’s external debt had exceeded $155 billion. As a result, Argentines lost complete confidence in their currency and drastically rejected banking institutions. This is still felt in 2018 as Argentines change all their savings to US dollars, considering it the only safe haven. The poor and middle classes in Argentina therefore save only marginally and hoard by buying greenbacks as soon as they can.

The country is also suffering from excessive inflation, almost 25% per year, which means that the costs of each structure and selling prices must be reviewed regularly: the most delicate thing is to get consumers to accept the price increase. This is an essential variable to take into account in your business plan. Argentines constantly feel like they are being fooled when they do business. As a result, it can be very difficult to negotiate or invest.

Corporate taxation

The corporate tax rate is 35% and is then increased by a turnover tax, which varies from province to province. The level of corporate taxation in Argentina is very high compared to other countries on the South American continent, and can in some ways curb foreign investment.

 

Some tips before you start

Flexibility and adaptability

L’Argentine est un pays qui bouge énormément. Comme partout, certaines choses qui peuvent être vraies aujourd’hui ne le seront peut être pas demain.

En tant qu’entrepreneur, il ne faut pas arriver avec une idée fixe et vouloir se lancer directement, c’est la meilleure manière de foncer droit dans le mur. L’observation de l’environnement est une des clés du succès. Surtout à Buenos Aires, il faut savoir prendre son temps afin d’observer l’environnement car c’est une ville où tout est informel. 

Par conséquent, la flexibilité est primordiale afin de lancer son business, Il faut sans cesse savoir se remettre en question et accepter certaines concessions. Il ne faut pas arriver ici avec une idée trop précise, car 99% du temps, rien ne se passe comme on ne l’a prévu, et en découle toujours quelque chose de plus ou moins différent.

Ponctualité

Comme dans la majorité des cas, il est recommandé d’arriver à l’heure à un rendez-vous d’affaire. Cependant, les argentins ont une notion quelques peu différente de la ponctualité et ce principe ne sera pas forcément respecté…

Language – Communication

Le business se fait pour la majorité du temps en espagnol, cependant de nombreux entrepreneurs et hommes d’affaires parlent un bon anglais. Il est tout de même primordial de mener la discussion en espagnol et de montrer un intérêt pour la langue et la culture.

Comment se comporter dans le monde des affaires?

Le rythme des négociations est totalement différent de celui qu’on pourrait avoir en Europe ou en Amérique du nord. En effet, il sera de bon ton d’éviter d’entamer de manière directe les négociations. L’Argentine est un pays où les habitants sont chaleureux, et cet aspect se ressent beaucoup dans le business. Il est primordial d’établir d’emblée un climat de convivialité et de confiance, en faisant preuve d’attention pendant un échange avec votre interlocuteur. Autrement dit, plus la relation personnelle est importante, plus les chances de succès seront fortes.

Relationnel, comment se comporter ?

Le contact physique est assez important et bien différent des pays européens. En effet, la distance physique pendant un échange est souvent moindre que dans d’autres pays. Par exemple, lors de salutations, il est préférable et commun de se saluer avec poignée de main et l’autre main posée sur l’épaule. L’accolade est elle utilisée, lorsque le côté amical de la relation est réellement établi.

Concernant la manière de s’exprimer, l’utilisation du vouvoiement est relativement rare. Une fois la relation établie, le tutoiement est très répandu. Il convient par ailleurs d’éviter d’interroger directement l’interlocuteur sur des aspects familiaux lors du premier échange.

Habitudes vestimentaires

Le code vestimentaire est assez classique en Argentine: costume cravate pour un homme d’affaire et tailleur pour les femmes. Cependant, comme partout, Il n’y a pas de code spécifique pour les petites entreprises ou start-ups.

 

Difficultés, à quoi s’attendre ?

Des démarches administratives compliquées

Selon la majorité des entrepreneurs rencontrés, l’administratif et la législation changeantes représentent des difficultés majeures dans la création et le développement d’une entreprise. Par conséquent, il est très fortement recommandé de travailler avec un avocat, et d’être accompagné quand on se lance dans la création d’une entreprise en Argentine.

Il faut par exemple avant tout chose se procurer un CUIT. C’est le seul et unique moyen pour pouvoir opérer et prouver que son entreprise existe, il est toujours relié à une personne. Sans ce pré-requis, il n’est pas possible d’ouvrir de compte bancaire et d’exercer dans le pays.

Difficulté pour recruter des personnes spécialisées.

Dans certains domaines d’activités, l’Argentine subit un retard marquant qui provoque en parallèle des difficultés dans le recrutement de personnes spécialisées. Ces dernières n’ont généralement qu’une faible connaissance et expertise du milieu, ce qui implique des formations quasi obligatoires.

Une couverture médicale inaccessible

Le système de santé public est gratuit et accessible à tous que vous soyez argentins ou étrangers. Le service est de bonne qualité et les médecins locaux compétents. Le seul soucis repose dans le fait que ce service manque cruellement de moyens. Il est possible d’attendre des heures dans les files d’attente selon la période, ce qui peut s’avérer compliqué en cas d’urgence médicale. Concernant le couverture médicale en Argentine, son coût est très élevé, près de 200 dollars par mois pour être bien couvert. Elle est donc inaccessible pour une grande majorité de la population.

Importations

Malgré l’appartenance de l’Argentine au MERCOSUR, le protectionnisme reste toujours en vigueur. Certains produits, tels que le sucre, le textile, l’acier, les voitures et les pièces automobiles, sont protégés par des restrictions douanières, quotas et/ou des droits de douane élevés. Pour être importés, certains produits, y compris les produits pharmaceutiques, les insecticides, les dispositifs médicaux, nécessitent l’approbation préalable du gouvernement. Les produits tels que les produits agricoles, le bétail et les plantes ont besoin de certificats sanitaires délivrés par une autorité compétente du pays d’origine.

Les importations de marchandises semblent être difficiles, irrégulières et lentes. En Argentine, tout fonctionne au jour le jour. Les importations se font la plupart du temps auprès de petits fournisseurs éparpillés, vendant un tas de produits différents, ce qui implique diverses contraintes. Les stocks de ces derniers s’épuisent rapidement et on est jamais sûr de retrouver la même chose pour les prochaines commandes. Par ailleurs, la majorité des marchandises sont payées à l’avance auprès des fournisseurs, ce qui peut susciter des arnaques en tous genres.

 

Conclusion

Comme dans de nombreux pays, entreprendre en tant qu’expatrié doit se faire avec anticipation, préparation et surtout précaution. En effet, s’implanter dans un pays que l’on ne connaît pas implique de tout remettre à zéro et tout refonder, notamment un réseau professionnel. Avoir des contacts sur place, être proactif en préparant son expatriation et agir avec la bonne stratégie à employer dans un contexte économique difficile en temps de crise sont certainement les 3 piliers du succès pour les entrepreneurs étrangers en Argentine.

Malgré un protectionnisme d’État encore très présent dans le pays, un vent d’espoir économique souffle sur le pays. En effet, un certain libéralisme refait surface plus particulièrement depuis l’élection du président Mauricio Macri qui oeuvre pour une ouverture économique totale du pays.

 

Informations et contacts utiles

Ccifa – Voici les coordonnées de la Chambre de Commerce et d’industrie Franco-Argentine afin d’obtenir des informations sur l’économie du pays et les chiffres importants des activités économiques.

Mail : ccifa@ccifa.com.ar – Site internet : https://www.ccifa.com.ar

AFIP – Administración Federal de Ingresos Públicos (Administration fédérale des recettes publiques), est un organisme qui s’occupe du système d’imposition, de la douane et de la sécurité social en Argentine.

Site internet AFIP : https://www.afip.gob.ar/sitio/externos/default.asp

Site internet statut auto-entrepreneur : https://monotributo.afip.gob.ar/Public/landing-monotributo.aspx

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published.