Le lundi 11 mars 2019, nous avons eu le plaisir de venir présenter notre voyage à une classe de sixième et à une classe de troisième du collège François Furet à Antony. Elias et Matthieu retrouvent avec émotions ce haut lieu de leur enfance où enfants plutôt sages et timides, ils imaginaient déjà, rêvassant devant leur première déclinaison latine, leur futur voyage à vélo.

Les enfants sont excités et ils ont leurs raisons. Ce n’est pas tous les jours qu’on reçoit la caravane OulanBike, quatre jeunes et beaux garçons dans la force de leurs vingt ans, s’apprêtant à braver l’inconnu, à relever l’impossible pour impressionner une poignée de collégiens et collégiennes boutonneux assis devant eux. En effet, nous nous la jouons théâtrale et grave, balayons l’Eurasie et ses milliers de kilomètres d’un revers de main, remontons l’histoire à coup de portrait de Marco Polo et de Gengis Khan et répondons aux questions avec la suffisance de l’apprenti sorcier qui n’a jamais mis un pied hors de son laboratoire. On a beau tenter d’expliquer ce qu’on va vivre, ce qui va nous arriver et comment il faudra réagir mais cela reste au stade de l’hypothèse. Nous même, nous en savons pas grand-chose, ayant fait le tour des forums internet et lu quelques récits de voyage, nos théories nous semblent toujours un peu vaporeuses et on disserte sur un nuage d’incertitudes.

Cependant nous avons déjà le matériel et cela semble, sans surprise, la partie préférée des enfants. Voir nos vélos, la pompe à eau, les ustensiles de camping éveillent leur curiosité et donne de la consistance à l’imaginaire d’aventure que nous développons. « Vous allez vraiment mettre vos habits pour six mois dans cette ridicule petite sacoche ?! ».

L’échange est dynamique et très agréable. Guillaume, le petit frère de Matthieu, en classe de troisième, assiste à la présentation, gonflé de fierté pour ce grand frère en tout point parfait et réfléchissant comment secrètement faire le mur avec ses copains pour partir avec eux. Nous convenons avec Madame Caruel, enseignante de français et Madame Montarnal, enseignante d’histoire, de tenir au courant chaque mois les élèves de nos avancées. Ils suivront nos aventures et nous reviendrons les saluer à notre retour. Peut-être cela suscitera quelques vocations ou du moins pourra inspirer modestement plus tard, sur le ton du « Tu sais j’avais suivi adolescente des maniaques du guidon aller d’Istanbul à Oulan Bator à vélo, ça ne te dirait pas de faire ce weekend les pays de la Loire à vélo ? ».

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.