Informations sur le pays

Le Mexique est aujourd’hui la 14ème puissance mondiale. Après avoir connu un boom économique il y a 20 ans, la croissance du pays s’est stabilisée autour de 2 pour-cents par an depuis 5 ans. Ses 130 millions d’habitants (population multipliée par 5 depuis 1950 !) se partagent le PIB de 1300 milliards de dollars. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le partage n’est pas très équitable. Avec 53 millions de pauvres dans le pays, il y a de fortes inégalités. 35 pour-cents des richesses sont détenues par 10 pour-cents de la population. Cependant ce haut taux de pauvreté n’est aucunement lié au chômage (moins de 5 pour-cents !).

Du côté des devises, même si la monnaie officielle du pays est le peso mexicain, de part le tourisme américain de masse, beaucoup d’échanges se font en dollars dans les zones touristiques. Le peso connait une inflation de 6% par an et vaut aujourd’hui autour d’un vingtième d’euro (1€ = 20 pesos).

Même si le nouveau président populiste de gauche, Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO), en fait une des priorités de son mandat, le pays est toujours fortement touché par la corruption. Classé 135ème sur 180 sur l’indice de perception de la corruption, c’est le plus mauvais classement pour un pays du G20.

Nous vous conseillons de vous renseigner auprès de France Diplomatie pour observer les zones à éviter en tant qu’expatrié. Cependant partout où nous sommes allés (onglet « où dormons nous ? ») nous n’avons jamais ressenti d’insécurité et les mexicains sont de manière générale très sympathiques et accueillants.

FAQ de l’entrepreneur

Cette section a pour but de recenser et synthétiser les questions abordées lors de nos rencontres avec les entrepreneurs.

 

Les avantages du Mexique ?

Corinne : Le Mexique est un pays plein de ressources et d’opportunités, il y a vraiment la place pour créer sa société ici.

Il faut également mentionner qu’au Mexique la corruption existe, classé 135ème sur 180 au classement mondial de la transparence des autorités, certaines pratiques souterraines peuvent parfois faciliter certaines démarches. Ces pratiques sont courantes et il faut en être averti.

Max : Il y a une bonne ambiance générale et un sentiment global de sécurité. A Playa del Carmen, il est possible de marcher dans la rue sans sentir de menacé.

La nourriture ici est aussi très bonne, on mange bien ! Que ce soit les tacos ou d’autres plats, c’est un vrai point fort.

Philippe : pour un québécois ce n’est pas si loin, seulement 4 heures d’avion qui permettent de s’échapper des 6 mois de l’année où il neige au Québec pour trouver un endroit où l’ensoleillement est de 300 jours par an (à Playa del Carmen).

En plus de cela ouvrir et tenir un business est très facile avec un bon comptable et cela est facilité par une imposition très faible.

 

Les points négatifs au Mexique ?

Max : La recherche de logement est difficile : Obtenir un prix raisonnable pour un bon état n’est pas simple et rendu difficile par les nombreux Airbnb. S’installer pour un délai relativement court, ce n’est pas simple non plus car les locations d’appartements se font souvent sur engagement de 6 mois minimum.

Les démarches pour obtenir le droit de travailler sont importantes.

 

Peut-on se lancer dans une aventure entrepreneuriale au Mexique sans expérience dans le pays ?

Corinne : Il faut arriver avec un bon projet professionnel qui répond à une vraie demande dans le pays. Et une expérience du Mexique avant de se lancer est indispensable, pour comprendre la façon dont le pays et ses habitants fonctionnent.

La connaissance de la langue est un grand plus. Et il faut être prudent pour éviter de se faire avoir.

 

Quelles possibilités pour travailler au Mexique ?

Corinne : Le Mexique est un pays qui est strict avec la situation légale des travailleurs étrangers. Il y a plusieurs possibilités :

  • Se débrouiller seul avec l’immigration pour avoir un permis de travail dans le pays, cela est assez compliqué et peut parfois être long. Mais c’est une bonne option et la moins chère.
  • Passer par un avocat, qui fera les papiers pour vous, plus rapide, mais nettement plus cher. Attention de bien choisir l’avocat (il y a souvent des arnaques).
  • L’entreprise qui vous embauche peut s’occuper elle-même de faire les papiers pour vous. Mais celle-ci doit être enregistrée au service de l’immigration, lui permettant ainsi de pouvoir embaucher du personnel étranger.
  • Être travailleur indépendant en s’inscrivant au centre des impôts en tant que personne. C’est plutôt pour les gens qui travaillent en freelance et qui n’ont pas besoin d’une structure ou d’employés.
  • Créer une société. Il existe différents statuts mais c’est assez simple à créer. Et cela permet en tant que gérant de l’entreprise d’obtenir facilement ses papiers.

 

Quelles démarches pour avoir un local commercial ?

Philippe : pour avoir une location ce n’est pas plus compliqué qu’ailleurs, il suffit de trouver un terrain d’entente avec le propriétaire. Ajoutons que pour l’aménagement intérieur vous pouvez l’arranger à votre bon vouloir. Il vous faudra ensuite trouver un accord avec le futur locataire pour qu’il vous rachète l’intérieur ; vous êtes en quelque sorte locataire du local mais propriétaire de l’intérieur donc cette transaction se fait sans le propriétaire. Cela s’appelle un “tras paso”.

 

Quelles sont les démarches pour travailler en tant que freelance ?

Max : Il faut sortir du pays pour faire sa demande puis prendre rendez-vous à Mexico. Ensuite, il faut attendre de recevoir le permis pour travailler, ce qui peut être très long.

Il n’est pas impossible de travailler sans permis mais les conséquences sont lourdes en cas de soucis : retour immédiat en France et interdiction de séjour au Mexique pendant 5 ans.

 

Pour le côté administratif de la création d’une entreprise, est-il préférable de faire appel à un avocat ?

Matthias : Cela peut être un excellent choix. Votre avocat parle certainement beaucoup mieux la langue que vous et saura tirer sur les bonnes ficelles pour faire avancer votre dossier dans un pays où les administrations fonctionnent d’une façon très particulière.

Néanmoins faites très attention, certains Mexicains aiment l’argent facile et les arnaques sont courantes dans ce pays. Assurez-vous que l’avocat que vous avez choisi est une personne de confiance et qu’il n’est pas là pour vous soutirer de l’argent.

 

Faut-il demander la nationalité mexicaine au plus vite ?

Corinne : La nationalité mexicaine facilite certaines procédures, mais elle n’est pas indispensable pour monter sa société et continuer son activité. Au Mexique, il faut être deux pour créer son entreprise, mais les deux peuvent être expatriés.

Un partenaire mexicain, dans certains cas, peut-être utile voire indispensable. Il faut savoir que :

  • Un expatrié ne peut pas posséder de bien immobilier dans certaines zones du Mexique définies par la constitution politique de 1907 (bord de mer et zones de frontières).
  • Si la société a besoin d’investir dans un bien immobilier comme un local, terrain, maison, ou même un bateau, il faut obligatoirement qu’un des associés soit mexicain.

Côté particulier :

  • Pour acheter une propriété sur la côte ou proche des frontières on a besoin de passer par un Fideicomiso (trust bank).
  • Un travailleur expatrié doit renouveler son permis de travail tous les ans auprès de l’immigration, ce qui n’est plus le cas, quand on prend la nationalité mexicaine.

 

Employer du personnel, c’est facile ?

Corinne : Employer une personne mexicaine est assez simple car il y a une importante force de travail. Les charges ne sont pas un frein à l’embauche et le salaire minimum est bas donc pour nous européens, leurs exigences salariales sont très faibles.

Pour employer une personne expatriée, il y a plus de contraintes. Comme dit précédemment, si vous n’êtes pas enregistré au service de l’immigration comme embauchant du personnel étranger, il faudra que la personne soit en règle de son côté.

Il existe un certain quota maximum de travailleurs étrangers au sein d’une entreprise.

Philippe : leur plus gros défaut est la ponctualité. Il est possible pour essayer de lutter contre ça de mettre dans le contrat de travail que chaque retard sera sanctionné par une baisse de salaire.

 

Comment appréhender une personne mexicaine ?

Corinne : Les mexicains sont de nature assez curieuse et surtout très sympathiques. Ils vous aideront volontiers si vous en avez besoin. Attention tout de même dans les zones touristiques très fréquentées par les étrangers. Certains locaux peuvent avoir une mentalité un peu différente et vous proposent leur aide non pas par altruisme mais par intérêt.

Les mexicains peuvent aussi se montrer très susceptibles. Le plus grand respect et garder son sang-froid est de rigueur au Mexique, peu importe la situation car vous risquez de braquer votre interlocuteur et ne plus rien obtenir de sa part.

Il faut ajouter que dans ce pays, les habitants ne sont pas vraiment respectueux des horaires et deadlines, ils sont moins rigoureux à ce niveau-là que les européens.

Mais chaque personne est différente et vous pouvez rencontrer aussi des mexicains ponctuels et très sérieux.

 

Comment est la sécurité au Mexique ?

Philippe : la présence policière est très forte et rassurante. Attention tout de même car la police au Mexique est connue pour être corrompue et il peut arriver d’avoir des problèmes avec les forces de l’ordre mais ils sont aussi là pour vous protéger des délinquants. Il faut ajouter que dans certaines villes, notamment sur la péninsule, vous pouvez trouver des quartiers avec énormément de touristes, d’expatriés, de retraités des Etats-Unis ou du Canada donc des endroits très safe.

 

Les erreurs à éviter ?

Corinne : Penser de manière générale qu’être français suffit pour réussir dans certains domaines est l’erreur à éviter. Par exemple, pour ouvrir un restaurant français ou donner des cours de langue. Ce sont de vraies professions qui requièrent un savoir-faire que l’on doit déjà posséder avant l’arrivée.

 

Les bons conseils ?

Corinne : Se servir des réseaux sociaux pour profiter de l’entraide entre les expatriés, et nouer contact notamment avec ceux qui sont là depuis longtemps et qui ont de l’expérience dans le lancement de projet.

Etre très prudent dans ses démarches et s’entourer de personnes de confiance pour ne pas se faire avoir.

 

Quelle place pour l’écologie au Mexique ?

Corinne : Les mexicains n’ont pas introduit l’écologie dans l’éducation et les personnes qui ont une conscience écologique sont encore peu nombreux. Cependant ils n’y sont pas opposés. Il faut simplement une prise de conscience à ce niveau en leur faisant comprendre les intérêts.

 

Y-a-t-il de la place pour la restauration française au Mexique ?

Matthias : Avant de vous lancer, faites une étude de marché et assurez-vous qu’une demande existe pour le type de restauration que vous comptez offrir.

Dans les zones très touristiques du Mexique vous trouverez beaucoup d’Américains et d’Européens pour qui la restauration française est une valeur sûre. Il faut dire que les restaurants Mexicains proposent souvent la même chose et la nourriture étant très grasse et épicée, les estomacs des vacanciers ne seront pas contre un peu de répit. Choisissez tout de même avec attention ce que vous allez mettre sur votre carte car toutes les spécialités françaises ne sont pas aux goûts de tout le monde.

Vous pouvez également séduire les Mexicains qui reconnaissent la restauration française. Il faut cependant savoir quelle classe sociale vous voulez séduire car si vous prévoyez d’avoir une clientèle grand public il vous faudra proposer des prix abordables.

 

En tant que restaurant français peut on se focaliser sur la clientèle touristique ?

Matthias : Cela dépend énormément de l’endroit où vous voulez vous implanter. En étant dans les centres touristiques comme sur la Quinta à Playa del Carmen il est très certainement possible de ne vivre que grâce aux touristes. Si vous vous éloignez ne serait-ce que d’une rue il est fort probable que les vacanciers à eux seuls ne pourront pas faire vivre votre établissement. En effet dans ce pays les différences entre les quartiers voir même les rues sont immenses. Vous pouvez être dans une rue très touristique avec des enseignes pleines de couleurs et très riches et voir des perpendiculaires où les bâtiments semblent être à l’abandon.

 

Dans les restaurations, plutôt produits locaux ou importés ?

Matthias : Dans les différentes zones que nous avons traversés, aucun restaurateur nous a mentionné une quelconque difficulté à accéder à certain produits. De plus les produits locaux sont souvent très bons et vous pourrez faire de la bonne cuisine avec les produits Mexicains.

Cependant il est certain que si vous voulez cuisiner certaines spécialités totalement étrangères au Mexique vous serez obligés d’importer des produits.

Nous avons recensé ces produits n’existants pas au Mexique : Fromage à raclette, Merguez.

 

Venir avec ses enfants, une bonne idée ?

Corinne : Le système scolaire au Mexique propose deux options : d’un côté les écoles publiques où l’éducation est très rarement de qualité, de l’autre les écoles privées où l’éducation reçue est de très bonne qualité mais à des coûts extrêmement élevés.

Il est conseillé d’avoir une bonne base financière ou l’assurance d’un revenu suffisant pour s’expatrier avec ses enfants, si on veut leur donner une bonne éducation.

 

Les interviews

Freelance en jonglerie et monitorat de plongée – Rencontre avec Max

RÉSUMÉ DE L’ENTRETIEN Maxime est un français que nous avons rencontré dans son appartement à Playa del Carmen. Au cours de cet entretien, cet entrepreneur nous a donné les détails de son parcours, de ses activités pendant son séjour au Mexique et de ses projets futurs. Anciennement boulanger pâtissier, il a décidé de quitter la […]

Read More

Centre de plongée & Maison d’hôtes | Rencontre avec Corinne

Résumé de l’entretien Corinne est une française installée au Mexique depuis 25 ans. Ce qui ressort de cette rencontre c’est la passion qui se fait sentir dans toutes les expériences partagée par Corinne. Avant d’arriver au Mexique, cette dernière avait une société d’informatique à Paris, mais était amoureuse de la plongée sous-marine. Au fil des […]

Read More