« Je pense qu’il faut adopter de nouveaux comportements lorsque l’on fait du business avec des Boliviens. Il ne faut pas être strict et demander les choses brusquement. Les boliviens veulent travailler dans l’harmonie et ne veulent jamais être offusqués. L’aspect social est très important »

 Rencontre avec Terra Bolivia, agence de voyage et maillon de Terra Group, spécialiste du tourisme personnalisé en Amérique du Sud.

Nous rencontrons aujourd’hui Élise, une jeune française ayant vécu dans le Jura et ayant choisi Terra Andina Bolivia pour découvrir une nouvelle aventure professionnelle en Bolivie.

Pourquoi as-tu décidé de t’implanter à la Paz en Bolivie ?

« Je suis venu pour la première fois en Amérique du Sud grâce à l’obtention d’un stage au Mexique. Cette expérience fut très enrichissante, je suis tombée sous le charme de la culture latine, de l’authenticité, de la simplicité, de la variété des paysages et la gentillesse des gens.
Mon objectif était donc de repartir à la fin de mes études. Je n’avais pas forcément de préférence, j’ai ainsi postulé à une offre sur LinkedIn de Terra Bolivia et me voilà à la Paz aujourd’hui. Par conséquent, tout est allé très vite, je n’ai pas du tout préparé mon expatriation, mais l’entreprise m’aide pour tout le côté administratif. »

 

Quel est le concept de Terra Andina Bolivia ?

« Terra Bolivia est membre du groupe Terra Groupe, initié il y a maintenant 20 ans en 1998.  Terra Group est un réseau d’agences de voyages réceptives, spécialistes du voyage à la carte. L’idée est de proposer un voyage 100 % personnalisable en s’adaptant au plus proche des besoins de chacun afin de rendre une expérience la plus unique possible et hors des sentiers battus. Terra Group, très présent en Amérique du Sud, compte aujourd’hui 16 agences à l’étranger, partageant des valeurs communes et une même conception du métier. »

 

Qui sont vos clients ? Avez-vous adapté vos prix au marché Bolivien ?

« Ces agences s’adressent à une large clientèle. En effet, qu’il s’agisse d’un groupe d’amis désirant vivre une aventure unique taillée sur mesure, d’une société organisant un voyage fédérateur (teambuilding), d’un couple en voyage de noces, du promoteur d’un événement sportif ou d’une équipe de tournage, l’ambition est la même pour ce groupe, le voyage sur mesure. Notre clientèle est assez européenne, par conséquent nos prix reflètent davantage les prix européens. »

 

Quelles sont les principales difficultés que l’on peut rencontrer lorsque l’on se lance dans l’entrepreneuriat en Bolivie ?

« C’est une véritable anarchie au sein du pays même si il reste de nombreuses opportunités comme dans tous les pays en voie de développement. Il existe un vide juridique énorme qui apporte une certaine liberté à tous les entrepreneurs, même si elle peut être à double tranchant ! Les difficultés administratives sont omniprésentes en Bolivie, tout est lent et approximatif.

Ici tout est différent. Il faut savoir oublier certaines choses dont on a l’habitude en France, notamment les salaires. Le SMIC ici est de 250 euros, le salaire moyen est d’environ 300/400 euros. 

Enfin, la ponctualité n’existe pas en Bolivie, il faut savoir s’adapter en tant que Français à ce problème notamment pour les rendez-vous clients. « 

 

Quels conseils pourrais-tu donner à un entrepreneur souhaitant se lancer en Bolivie ?

« Je pense qu’il faut adopter de nouveaux comportements lorsque l’on fait du business avec des Boliviens. Il ne faut pas être strict et demander les choses brusquement. Les boliviens veulent travailler dans l’harmonie et ne veulent jamais être offusqués. L’aspect social est très important. Il faut s’adapter à la culture bolivienne, organiser des fêtes au lieu de travail, etc.

Plus globalement, je pense qu’il faut travailler la relation humaine avant de parler business afin de gagner en confiance auprès de son client. »

 
Merci Elise !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.